Du 19 au 23 avril 2021

Dernières nouvelles

Les marchés sont retombés de leurs sommets en raison de l’augmentation des cas de COVID-19 dans le monde

Les inquiétudes soulevées par l’augmentation des infections à la COVID-19 dans le monde et les incertitudes entourant le rythme de la reprise économique ont miné le sentiment des investisseurs. Les rapports économiques mitigés en provenance des États-Unis, ainsi que le budget fédéral et les mises à jour de la politique monétaire qui font les gros titres au Canada ont déstabilisé les marchés financiers.

Les prix de l’énergie ont fluctué tout au long de la semaine : Les contrats à terme sur le pétrole brut West Texas Intermediate ont oscillé entre des pertes et des gains modestes tandis que l’Inde, troisième plus grand importateur de pétrole au monde, luttait contre une flambée de cas de coronavirus. Ce pays de 1,3 milliard d’habitants a enregistré la plus forte hausse des infections au monde en une journée, avec 314 644 nouveaux cas de COVID-19 mercredi, selon l’Université Johns Hopkins.

Malgré une reprise modeste mercredi pour les quatre grands indices de nord-américains, les données économiques mitigées en provenance des États-Unis ont ralenti l’élan des marchés boursiers. La baisse plus importante que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage a été contrebalancée par des données indiquant que les ventes de maisons existantes aux États-Unis ont atteint en mars leur plus bas niveau en sept mois.

Les marchés boursiers ont continué de perdre du terrain jeudi après-midi, après l’annonce que l’administration Biden pourrait doubler l’impôt sur les gains en capital pour ceux qui gagnent un million de dollars américains ou plus. La vigueur des données positives du secteur manufacturier et des ventes de nouvelles maisons aux États-Unis a ensuite soutenu leur légère reprise vendredi.

Le budget fédéral prévoit des dépenses historiques pour relancer l’économie après la pandémie

Lundi, la ministre des Finances Chrystia Freeland a présenté le premier budget du gouvernement canadien en deux ans, qui visait à vaincre la COVID-19, à récupérer les emplois perdus et à assurer la transition vers une économie plus verte et plus résiliente. Le document présente le plus vaste plan de dépenses publiques en temps de paix de l’histoire du Canada, avec un déficit prévu de 354,2 milliards de dollars pour 2020-2021, suivi d’un manque à gagner de 154,7 milliards de dollars pour l’exercice suivant. Pour aider à payer ce déficit, le budget propose des mesures fiscales sur le luxe, à partir du 1er janvier 2022, qui devraient générer des milliards de dollars de revenus : une taxe de 3 % sur les revenus des grandes entreprises numériques, une taxe de 10 à 20 % sur les voitures de luxe et les avions personnels dont le prix de vente est de 100 000 $ ou plus ainsi que sur les bateaux à usage personnel dont le prix est supérieur à 250 000 $. Lisez notre rapport sur le budget fédéral 2021 pour en savoir plus sur ce que le budget signifie pour les Canadiens.

Dans le cadre de la stratégie de gestion de la dette du gouvernement visant à bloquer la dette aux taux actuels, le budget prévoit également l’émission d’un montant record de la dette à long terme en 2021. Le gouvernement prévoit émettre 121 milliards de dollars d’obligations qui viendront à échéance dans 10 ans ou plus. Ce montant est supérieur aux 107 milliards de dollars de l’année financière terminée le 31 mars. Les rendements des obligations d’État à long terme ont augmenté alors que les investisseurs anticipaient la nouvelle offre; le rendement de référence à 10 ans a atteint son plus haut niveau en deux semaines, après la publication des détails du budget. Selon le budget : « Le gouvernement surveillera de près les marchés financiers et pourrait émettre plus de titres de créance à long terme si les conditions du marché sont favorables. »

La Banque du Canada a annoncé une réduction progressive du soutien monétaire d’urgence

Dans sa dernière mise à jour de la politique monétaire, mercredi, la Banque du Canada a annoncé qu’elle réduirait ses achats de titres d’État de 25 % pour les ramener à 3 milliards de dollars et qu’elle devancerait le calendrier d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt. Les prévisions de la banque concernant le retour de l’économie canadienne aux conditions d’avant la pandémie sont en avance sur celles des banques centrales des autres grandes économies, notamment les États-Unis. La Banque du Canada a réitéré son orientation selon laquelle elle ne relèvera pas son taux d’intérêt de référence, actuellement de 0,25 %, jusqu’à ce que la reprise soit complète et que l’inflation se maintienne durablement à 2 %. Cependant, elle prévoit maintenant que ce moment se produira plus tôt. La banque a révisé ses estimations de croissance à la hausse pour 2021, de plus de deux points de pourcentage, à 6,5 %. Elle note dans son rapport que selon ses dernières projections, cela devrait se produire dans le courant du deuxième semestre de 2022. Le huard a atteint un sommet depuis janvier à la suite de cette mise à jour.


The stock and bond market*
INDICE CLÔTURE SEMAINE CUMUL ANNUEL
Indice composé S&P/TSX 19 102,33 -1,29 % 9,57 %
Dow Jones Industrial Average 34 043,49 -0,46 % 11,23 %
Indice S&P 500 4 180,17 -0,13 % 11,29 %
Indice composé Nasdaq 14 016,81 -0,25 % 8,76 %
Rendement des obligations du GdC de 10 ans 1,51 % -0,02 % 0,84 %
Rendement des bons du Trésor américain de 10 ans 1,58 % -0,01 % 0,65 %
Cours du baril de pétrole brut WTI ($ US/baril) 62,14 -1,57 % 28,07 %
Dollar canadien 0,8007 $ US 0,11 % 1,95 %
Taux préférentiel de la Banque du Canada : 2,45 %

* Résultats hebdomadaires terminés le 23 avril 2021. Sources : www.bloomberg.com, www.banqueducanada.ca et www.treasury.gov.


Ce qui nous attend

Déclaration de la Réserve fédérale américaine mercredi : Lors des dernières réunions en mars du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale, les décideurs ont convenu de maintenir son taux de financement à un jour dans une fourchette cible de 0,25 % ou moins. La banque centrale américaine s’est engagée à maintenir ce taux jusqu’en 2023, tout en conservant le rythme de son programme d’achat d’obligations – jusqu’à ce que des progrès supplémentaires substantiels prouvés aient été accomplis en vue de la réalisation de ses objectifs en matière d’emploi et d’inflation.

Dates importantes

  • 30 avril : Date limite de dépôt des déclarations de revenus de 2020
  • 17 mai : Publication de la Revue du système financier de la Banque du Canada
  • 24 mai : Fermeture de la Bourse de Toronto pour le jour de la fête de la Reine/Journée nationale des patriotes
  • 31 mai : Fermeture des bourses américaines en raison du Memorial Day

À retenir

N’essayez pas d’anticiper les fluctuations du marché. Essayer de compenser une perte en retirant vos placements lorsque les marchés piquent du nez et en les réinvestissant lorsqu’ils rebondissent est une stratégie perdante. Les experts financiers les plus aguerris vous recommanderont de « maintenir le cap » en gardant à l’esprit vos objectifs à long terme.


Cet article se veut une source d’information générale qui n’est valable qu’au moment de sa parution, et ne constitue ni une offre ni une sollicitation concernant la vente ou l’achat de produits de placement. Son contenu ne vise pas à fournir des conseils juridiques, fiscaux, de placement ou autres.

Les fonds communs de placement sont offerts par l’intermédiaire de Services d’investissement financier Co-operators inc. Les fonds distincts et les rentes sont administrés par Co-operators Compagnie d’assurance-vie. Co-operators Compagnie d’assurance-vie et Services d’investissement financier Co-operators inc. s’engagent à protéger la vie privée de leurs clients, ainsi que la confidentialité, l’exactitude et la sécurité des renseignements personnels recueillis, utilisés, conservés et divulgués dans le cadre de leurs affaires. Veuillez consulter notre politique de protection des renseignements personnels pour en savoir plus.

Co-operatorsMD est une marque déposée du Groupe Co-operators limitée, utilisée avec permission.