Du 15 au 19 juin 2020

Les dernières nouvelles

Les marchés boursiers ont fait des progrès malgré la crainte d’une deuxième vague de la COVID-19

Les marchés boursiers se sont emballés lundi et mardi, après l’annonce dans les médias que l’administration Trump pourrait débloquer un trillion $ US supplémentaire pour relancer l’économie et que la Réserve fédérale américaine va commencer à acheter des obligations de sociétés dans le cadre de l’un des programmes de prêts d’urgence annoncés précédemment. La vente au détail aux États-Unis, qui a connu des résultats plus favorables que prévu, avec une augmentation de 18 % par rapport à avril (la croissance mensuelle la plus importante depuis 1992), a aussi contribué à cette progression des marchés.

La croissance a ralenti mercredi et jeudi en raison des inquiétudes liées à la recrudescence de cas de COVID-19 dans certaines régions des États-Unis et de la Chine et des statistiques de chômage aux États-Unis, qui indiquent que 1,5 million d’Américains ont demandé des allocations de chômage au cours de la semaine précédente, ce qui représente une baisse par rapport à la semaine antérieure, mais un chiffre plus élevé que dans les prévisions des économistes.

Les actions ont à nouveau connu un regain en début de journée vendredi alors que la Chine a annoncé l’accélération de ses achats de produits agricoles américains, conformément à la première phase de l’entente commerciale entre ces deux superpuissances économiques. Il manquait 10 % aux indices TSX, Dow Jones Industrial Average et S&P 500 pour afficher des résultats positifs par rapport à l’année dernière, alors que l’indice Nasdaq centré sur les technologies a connu une hausse annuelle fulgurante de 10 %.

Les investisseurs spéculent sur la forme que prendra la reprise économique

Étant donné l’envolée de plus de 40 % par rapport aux creux de mars et des hausses dépassant tous les records, les investisseurs ont commencé à débattre sur la forme que prendra la reprise économique. Est-ce que ce sera plus un U, un V, un W ou une courbe de la forme du logo de Nike? « Jusqu’à présent, la forme de V est la plus évidente sur le marché des actions, avec la chute dévastatrice suivie d’une très forte reprise pour atteindre les niveaux actuels » a déclaré Bill Onslow, vice-président des actions américaines chez Addenda Capital Inc. « Avec la chute des revenus des entreprises, les niveaux de valorisation des marchés sont tendus, et une période de consolidation (ou pause) semble de mise. Les obligations ont affiché un rendement exceptionnel pendant toute la période, alors que les taux d’intérêt ont dégringolé et devraient vraisemblablement rester bas pendant un bon moment. Aussi bien pour les actions que les obligations, les mesures de relance monétaires et fiscales sans précédent pour combattre le virus ont été bénéfiques. »

En examinant la situation dans son ensemble, Bill Onslow est convaincu qu’une reprise économique devrait se profiler dans la deuxième partie de l’année alors que les mesures commenceront à porter fruit. Cependant, il précise : « Les répercussions graves et inégales du confinement sur l’économie seront évidentes au deuxième trimestre dans le PIB et les statistiques de pertes d’emplois, qui, à moins d’une deuxième vague de COVID-19 catastrophique, devraient représenter le point le plus bas de cette récession. Il est peu probable que l’économie reprenne ses niveaux pre-COVID avant la mi-2021. »

Statistique Canada a signalé une inflation négative pour le deuxième mois consécutif

Alors que les mesures de confinement continuent d’entraver l’économie, selon Statistique Canada, le taux annuel d’inflation mesuré selon l’indice des prix à la consommation total (IPC), a baissé de 0,4 % en mai, soit une baisse plus importante que dans les prévisions des économistes. Il s’agit du deuxième mois consécutif d’inflation négative, après une baisse de 0,2 % en avril. Le bas prix de l’essence explique en grande partie cette baisse et a compensé les prix plus élevés pour les produits alimentaires, qui ont connu la hausse la plus importante parmi les principaux composants économiques. Si l’on ne tient pas compte de l’essence, l’IPC a augmenté de 0,7 %, soit la plus faible augmentation depuis janvier 2013. L’inflation est un indicateur économique fondamental que la Banque du Canada tente de conserver entre 1 % et 3 % par le biais de ses mesures de politique monétaire. Alors que l’IPC était négatif en mai, la mesure privilégiée par la Banque du Canada (connue comme « IPC-comm »), qui ne tient pas compte des variations de prix potentiellement causées par des facteurs spécifiques à certains composants, s’élevait à 1,4 %.


Marché boursier et obligataire*
INDICE CLÔTURE SEMAINE CUMUL ANNUEL
Indice composé S&P/TSX 15 474,21 1,43 % -9,31 %
Dow Jones Industrial Average 25 871,46 1,04 % -9,35 %
Indice S&P 500 3 097,74 1,86 % -4,12 %
Indice composé NASDAQ 9 946,12 3,73 % 10,85 %
MSCI EAEO 1 803,74 2,01 % -11,45 %
Rendement des obligations du GdC de 10 ans 0,53 % 0,00 % -1,17 %
Rendement des bons du Trésor américain de 10 ans 0,70 % -0,01 % -1,22 %
Cours du baril de pétrole brut WTI ($ US/baril) 39,75 9,62 % -35,05 %
Dollar canadien 0,7360 $ US 0,07 % -4,40 %
Taux préférentiel de la Banque du Canada : 2,45 %

* Résultats hebdomadaires terminés le 19 juin 2020. Sources : www.bloomberg.com, www.msci.com, www.banqueducanada.ca et www.treasury.gov.


Ce qui nous attend

Rapports économiques : Les marchés réagiront à une série de rapports couvrant le logement, l’industrie manufacturière, la production de pétrole, l’emploi, le commerce et les dépenses de consommation aux États-Unis, qui seront publiés tout au long de la semaine.

Dates importantes

  • 6 juillet : Rapport de l’Enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada
  • 8 juillet : Mise à jour économique du gouvernement fédéral (Canada)
  • 15 juillet : Annonce du taux directeur par la Banque du Canada et publication du Rapport sur la politique monétaire
  • 28-29 juillet : Réunions et déclaration de la Réserve fédérale américaine
  • 3 novembre : Élection présidentielle américaine

À retenir

Pour atteindre vos objectifs financiers à long terme, il est à la fois important et rassurant de vous doter d’un plan incluant des placements gérés par des professionnels. Les gestionnaires de fonds avec qui nous faisons affaire ont déjà traversé des périodes d’incertitude boursière. Ils comprennent les marchés, s’appuient sur des stratégies solides et adoptent une approche éprouvée conçue pour résister aux fluctuations.


Cet article se veut une source d’information générale qui n’est valable qu’au moment de sa parution, et ne constitue ni une offre ni une sollicitation concernant la vente ou l’achat de produits de placement. Son contenu ne vise pas à fournir des conseils juridiques, fiscaux, de placement ou autres.

Co-operators Compagnie d’assurance-vie s’engage à protéger la vie privée de ses clients, ainsi que la confidentialité, l’exactitude et la sécurité des renseignements personnels recueillis, utilisés, conservés et divulgués dans le cadre de ses affaires. Veuillez consulter notre politique de protection des renseignements personnels pour en savoir plus.

Co-operatorsMD est une marque déposée du Groupe Co-operators limitée, utilisée avec permission.